Sélectionner une page

Comme son nom l’indique, l’agriculture raisonnée est une version “intelligente” de l’agriculture conventionnelle. C’est bio ? Non. Mais on s’en approche et c’est déjà un bon début.

SOS pesticides !

L’agriculture (ou viticulture) conventionnelle, c’est lorsque le vigneron a à sa disposition toute la palette des produits chimiques autorisés, et en particulier les produits phytosanitaires (les pesticides). Et le moins qu’on puisse dire, c’est que la culture de la vigne n’est pas vraiment exemplaire en matière de pesticides : elle concentre 20% de leur utilisation en France, pour seulement 3% des surfaces agricoles.

Alors les pesticides, qu’est-ce que c’est ? Ce sont des composés de synthèse dont l’objectif principal est de lutter contre les maladies et ravageurs de la vigne capables de vous décimer une récolte en moins de temps qu’il ne faut pour le dire. Vous avez peut-être entendu parlé du mildiou, ou de la flavescence dorée ? En utilisant ces produits, le viticulteur est donc un peu plus assuré d’avoir des récoltes régulières, ce qui est de base loin d’être gagné avec le gel et la grêle qui frappent régulièrement certaines régions. Il arrive même que certains domaines doivent mettre la clé sous la porte à cause d’une production trop faible pendant plusieurs années consécutives.

Parmi les pesticides, on retrouve aussi les herbicides. Ils sont utilisés pour éliminer les mauvaises herbes qui font concurrence à la vigne pour la consommation d’eau et de nutriments, et favorisent certaines maladies.

Le problème de tous ces produits, c’est qu’ils détruisent tout sans distinction, le bon comme le mauvais. En plus d’avoir un impact considérable sur la fertilité des sols et la santé humaine (le glyphosate, ça vous dit quelque chose ?), ils sont aussi responsables du déclin voire de la disparition de nombreuses espèces. On pense bien sûr aux abeilles, mais cela concerne aussi les oiseaux, les mammifères, les poissons… la liste est longue.

Une alternative : l’agriculture raisonnée

L’idéal serait bien sûr de passer en bio partout. Malheureusement, convertir son domaine en bio dans certaines régions est très compliqué ou en tout cas relève d’une prise de risque importante : plus le climat est humide (en Champagne et en Bourgogne, par exemple), plus le risque de maladies est élevé. Dans ce cas, le vigneron peut choisir de se tourner vers la viticulture raisonnée.

En pratique, cela consiste à surveiller étroitement chaque parcelle et à favoriser la biodiversité et les défenses naturelles de la vigne (certains animaux qui se nourissent des espèces nuisibles aux cultures par exemple). Les pesticides ne sont employés qu’en dernier recours et dans des doses aussi faibles que possible, lorsqu’il n’est pas possible de faire autrement pour assurer la récolte. Au contraire de la viticulture conventionnelle “classique” qui les utilisent de manière systématique et à forte dose.

Comment reconnaitre un vin en viticulture raisonnée ?

Autant le bio, on commence à avoir l’habitude du logo, autant la viticulture raisonnée, c’est beaucoup moins évident. En général, ce n’est pas une information qu’on trouvera sur la bouteille, mais plus propablement sur le site du vigneron.

Entre 2002 et 2013, l’agriculture raisonnée faisait l’objet d’un référentiel légal, aujourd’hui remplacé par la certification HVE (Haute Valeur Environnementale) qui comporte trois niveaux. L’agriculture raisonnée correspond au niveau 2.

Les vignerons peuvent aussi choisir de se tourner vers le label Terra Vitis, qui concerne spécifiquement le vin. Il garantit :
– Une démarche écologique : respect du terroir, viticulture raisonnée, gestion des déchets.
– Un engagement social : formation et protection des employés.
– Un processus transparent : traçabilité, justification des interventions.

Un vin en viticulture raisonnée est-il vegan ?

Comme pour le bio, la viticulture raisonnée est totalement distincte du fait que le vin soit vegan ou non, puisque cette démarche ne concerne pas le collage, l’étape où des produits d’origine animale sont susceptibles d’être utilisés.

0 commentaires

Donnez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Curieux ? Continuez la lecture !

Share This
0