Sélectionner une page

De manière générale, beaucoup de personnes font le rapprochement entre agriculture biologique et véganisme. C’est vrai que chacun à sa manière lutte pour la préservation de l’environnement. Alors qu’en est-il vraiment ?

Je ne maintiendrai pas le suspense plus loin : les réponses sont non, et non.

Un vin bio, c’est quoi ?

Pour qu’un vin puisse être certifié bio, il est nécessaire que :
– les raisins soient issus de l’agriculture biologique : tous les produits chimiques de synthèse (pesticides, engrais chimiques…) ainsi que les OGM sont interdit.
– la vinification, c’est-à-dire toutes les étapes entre les vendanges et la mise en bouteille, respecte un cahier des charges précis. Celui-ci interdit certaines substances et techniques, limite un peu les doses de souffre, et impose que certaines substances et matières premières soient également bio (levures, sucre, tanins…). C’est une règle qui n’a été mise en place que depuis 2012.

Pourquoi un vin bio n’est pas forcément végétalien…

Un vin végétalien, c’est un vin qui ne contient aucun produit d’origine animale. Pour faire simple, il n’a pas été collé avec de la gélatine, de la colle de poisson, de l’albumine d’oeuf, ou de la caséine de lait. Or toutes ces substances sont autorisées dans un vin bio ! La seule différence est que les trois premières doivent provenir de “matières premières” biologiques si celles-ci sont disponibles. En pratique, ça donne l’assurance que les animaux n’ont pas été élevés dans des élevages industriels sans voir la lumière du jour.

Par contre, un vin biodynamique est automatiquement végétarien. C’est un vin certifié bio et qui respecte en plus un cahier des charges spécifique à la biodynamie, interdisant notamment la gélatine et la colle de poisson.

Il en va de même pour les vins bio Nature et Progrès, pour lesquels seules la caséine de lait et l’albumine d’oeuf sont autorisées. Il s’agit d’un organisme qui a défini son propre cahier des charges bio, plus strict que le référentiel européen.

… Et vice-versa

Inversement, un vin végétalien n’a aucune obligation d’être bio. Certains organismes, comme le Label V, l’encourage mais sans que ce soit contraignant. Au contraire, la Vegan Society autorise les OGM à condition qu’ils ne soient pas issus de gènes animaux.

Pour info, la vigne OGM se limite à la recherche (et encore, quand elle ne se fait pas fauchée par des activistes). Aucune substances OGM n’est autorisée dans les vins européens, ce qui n’est pas le cas en Amérique du Nord, même si leur utilisation reste rare. Le problème est que rien n’oblige les producteurs à le signaler sur l’étiquette de la bouteille.

0 commentaires

Donnez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Curieux ? Continuez la lecture !

Share This
0